Winnie Mandela, une grande figure de la lutte anti-apartheid

Winnie Mandela, une grande figure de la lutte anti-apartheid

L’ex-épouse du président Mandela succombe des suites d’une longue maladie dans un hôpital de Johannesburg ce 2 avril. L’information a été transmise dans une annonce faite par Victor Dlamini, le porte-parole de la défunte. C’est avec beaucoup de tristesse qu’il informe les sud-africains du décès d’une des figures emblématiques du combat contre l’apartheid. Le drame est survenu lundi après-midi dans un centre hospitalier de la ville où Winnie Mandela avait été admise pour des raisons médicales. À en croire la même source, Winnie Mandela est partie entourée des siens.


Quelques semaines plutôt, Winnie Mandela avait fait une apparition publique aux côtés de l’actuel président dans le cadre du renouvellement de sa carte d’électeur. Celle-ci avait beaucoup soutenu Cyril Ramaphosa pour que celui-ci puisse monter à la tête du parti intellectuel à l’audience confidentielle.
C’est pour cette raison que le président Sud-africain a tenu à prendre la parole. Il parle de la regrettée ex-épouse Mandela comme étant une héroïne de la nation dans le cadre des revendications de libération. Il invite tout le monde à une réflexion sur le sens de son parcours hors du commun. À cet effet, le président Cyril Ramaphosa estime que tout le monde devrait s’inspirer de sa détermination à instaurer une société meilleure. Ce dessein a d’ailleurs guidé toute sa vie.

Il continue en ces termes : « Aujourd’hui, nous avons perdu une mère, une grand-mère, une amie, une camarade, une meneuse et une icône. » Au nom de tous les citoyens sud-africains, le président Ramaphosa exprime ainsi tout son soutien à la famille de la regrettée Winnie Mandela.

Winnie Mandela, une grande figure de la lutte contre la ségrégation raciale en Afrique du Sud

De son vrai nom Nomzamo Winifred Zanyiwe, Winnie Mandela voit le jour le 26 septembre 1936. Elle épouse Nelson Mandela en 1958. Pendant l’arrestation de son mari qui durera 27 ans, elle devient la figure de proue de la lutte contre l’apartheid. Pendant cette période, Madame Mandela sera aussi l’objet des arrestations. À la seule différence qu’elle sera relâchée plus tôt.

Encore appelée la « mère de la nation », l’ex-épouse du président Mandela était en faveur de l’usage de la violence à l’encontre des partisans du régime ségrégationniste. Cette prise de position lui a valu de vives critiques. D’autant plus que Winnie Mandela invitait les Sud-Africains à libérer leur pays avec des allumettes.

Des accusations ont été portées contre elles en 1991. À cet effet, l’icône de la lutte contre l’apartheid a été accusée cette année-là d’avoir participé à l’enlèvement de 4 jeunes gens. Une des personnes enlevées avait par ailleurs perdu la vie. Alors qu’elle était toujours à la tête du parti intellectuel à l’audience confidentielle en abrégé ANC, elle sera destituée suite à des accusations de corruption et de gestion malveillante. En 1994, elle occupe la place de vice-ministre de la Culture, mais y est limogée quelque temps plus tard pour non-respect de la hiérarchie.

L’icône nationale prend position et accuse publiquement ses bodyguards de meurtre. À cet effet, « la commission vérité et réconciliation que présidait Desmond Tutu a fait toute la lumière sur la controverse entourant Winnie Mandela, explique l’écrivain Khulu Mbatha, un pilier de l’ANC joint par RFI. On a alors appris que des jeunes avaient été recrutés par la police pour salir son nom – sans qu’elle ne soit au courant. Elle ignorait ce qui se passait dans son dos. Elle ne savait pas ce que faisaient les jeunes du club de foot qui portait le nom de son mari, le Mandela United Football Club.

Suite à ces accusations, ses relations avec son époux se sont très vite dégradées au point qu’ils en sont arrivés au divorce. Winnie Mandela était devenue une véritable vigie pour les Sud-Africains. Elle en arrivait même à émettre des critiques contre son parti d’appartenance au point de déclarer que l’ANC avait trahi son contrat.

Desmond Tutu, l’archevêque anglican et aussi prix Nobel de la paix revient sur le parcours de la défunte en la qualifiant de ‘’symbole majeur‘’ de la lutte contre l’apartheid. Il dit qu’« Elle a refusé de céder face à l’incarcération de son mari, le harcèlement perpétuel de sa famille par les forces de sécurité, les détentions, les interdictions et son bannissement. Son attitude de défi m’a profondément inspiré, ainsi que des générations de militants ».

Khulu Mbatha lui aussi revient sur la vie de la regrettée ex-madame Mandela. Pour lui, Winnie Mandela restera à jamais dans la mémoire des Sud-Africains. À cet effet, elle mérite de rester dans les anales « pour ce qu’elle a fait à l’époque où la direction de l’ANC était emprisonnée à Robben Island. Winnie Mandela a entretenu la flamme de la liberté qui brûlait dans les cœurs et les esprits des Sud-Africains, car elle était assez forte, assez courageuse, pour dire haut et fort qu’un jour ce pays serait libéré par le Congrès national africain. Cette femme, la femme noire la plus puissante de toute l’Afrique du Sud, était l’incarnation même de la lutte de libération ».

La révolution est en marche

ABOUT THE AUTHOR

Pauline Raissa

Rédactrice web à Exotechnologie, 75016 Paris-France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Douala - Yaoundé, Cameroun
Tel: (237) 666 908 319 | 695 394 538 | 675 767 895
Email: info@madeinmboa.net

Twitter

Made in MBOA

Le Cameroun, par la promotion de la Qualité. Ô MBOA, la révolution est en marche.