Stephane Jung : « L’industrie du cinéma au Cameroun est en plein essor »

Stephane Jung : « L'industrie du cinéma au Cameroun est en plein essor »

Jeune camerounais passionné du cinéma, Stephane Jung nous parle aujourd’hui de lui. Un visage qu’on remarque depuis des années dans les films et feuilletons camerounais. Il se lance aujourd’hui dans la réalisation avec sa propre boite de production “Black Industry“. Autant dire qu’il y a pleins de challenges en cours.

Made in MBOA : Stephane Jung, est-ce votre vrai nom?

Stephane Jung : oui mon nom est STÉPHANE JUNG, à l’origine SOUNDJA JUNG STÉPHANE, mais comme je suis entré dans le monde du cinéma, je le trouvais long, je l’ai donc coupé en STÉPHANE JUNG, en hommage à mes différentes origines (camerounaise – allemande).

J’ai compris que l’art était ma vocation.

Quel âge aviez-vous à vos débuts dans les comédies et les films? Avez-vous fait des études pour le devenir? Origine de cette passion du jeu d’acteur? Etait-ce votre rêve de faire carrière?

À mes débuts, j’avais 22 ans et j’étais à l’université de Douala en faculté des sciences juridiques et politiques. La première année passée, j’ai compris que l’art était ma vocation, plus précisément le cinéma. En ce moment il n’y avait pas vraiment une école d’art dramatique au pays. J’ai dû faire des séminaires de formations avec des grands frères du cinéma auprès desquels j’ai beaucoup appris. À celà se sont ajoutées des formations avec des étrangers via le net. Encore enfant, je voulais être cinéaste, j’adorais regarder des films, c’était mon passe temps favori.

Dans quels clips vidéos, films, séries et/ou comédies avez-vous joué?

Je commence réellement ma carrière de cinéaste en 2008. Je tourne dans le film long métrage “UN JEUNE EN ENFER”, film de FRANCK HENRY NONGA, où se côtoie des acteurs tels que EMMANUEL KOUMNYOCK et TONY NOBODY, puis en 2010, je tourne dans le long métrage, “LA FILLE DU SOLEIL”, film de ENGUERRAN TOWA et SERGES TATCHEMO, avec des acteurs tels que PATRICK TATCHEMEU, SANDRINE BAKAM, ÉTIENNE SANBEYA. Je rappelle que c’est ce film qui m’a révélé au public camerounais à travers le rôle de “fils du premier ministre”. Ensuite j’ai tourné dans le film “BRACELET MAUDIT”, où je fais la rencontre de ROGER BRICE SOBGO et de LUCIE MEMBA BOS. En 2012, je tourne la saison 3 de la superbe série télé Camerounaise, “PARADIS”, réalisée par OUSMAN STÉPHANE ET SERGIO MARCELLO à Buéa avec la maison de production HORIZON JEUNE, qui est devenue aujourd’hui BUEA FILM ACADEMY. Juste après cette série télé, je participe au tournage du court métrage “LA PROMESSE” tourné par les élèves réalisateurs de la KM PROFESSIONAL ACCADEMY : école des réalisateurs à Douala. En 2013, je participe au tournage du film, “LE MARI DE MA SŒUR”, où je rencontre de grands acteurs tels que ESHU RIGO, TCHOP TCHOP, BLANCHE BILONGO, EDIMO DIKOBO, le feu CHARLES NIATE, DANIEL NDOH À la fin de cette même année, je participe au clip de BLANCHE BITANGA et je tourne dans la série “500 jours” d’EDMOND FOSSITO. En 2014, je créais la “WE THE BEST ENTERTAINMENT” avec ma collègue et femme  ELIZABETH CYNTHIA qui est devenue la BLACK INDUSTRY et je tourne dans le film “TOURMENT D’AMOUR” de RACHEL NKONTIEU. En 2015, je tourne le film “TRAHISON SANGLANTE” de ESTHER BIIGA, “JE VEUX PARTIR” de PARFAIT DECOR, “LA REINE BLANCHE” de EBENEZER KEPOMBIA et “PREMONITION “avec notre propre maison de production BLACK FILMS.

Comment s’est passé votre casting pour la série intitulée “La Reine blanche” d’Ebénézer Kepombia plus connu sous le pseudo «Mitumba»?

Pour LA REINE BLANCHE, j’ai été recommandé au réalisateur Ebenezer par l’acteur Moussa Dewsele, et le rôle m’a tout de suite été confié.

Quelle est votre référence dans le cinéma? Qui est la personne qui vous a le plus inspiré?

Comme tout jeune artiste en herbe, j’ai eu des modèles auquels je me suis identifié tels que DENZEL WASHINGTON, DOLPH LUNGREN, ET GÉRARD ESSOMBA au Cameroun

Sur un plateau de tournage il faut savoir faire la part des choses.

Généralement, quelle est l’ambiance dans les tournages? Comment ça se passe?

Sur un plateau de tournage il faut savoir faire la part des choses. On peut être détenu certes mais tout en restant concentré sur l’objectif de la circonstance. Ce sont des moments qu’on n’oublie pas, entre les fous rires et les crises de nerfs.

Comment faites-vous pour entrer dans la peau de votre personnage? Une méthode particulière pour apprendre votre rôle?

Tout réside dans la concentration et la maitrise de soi. C’est un travail psychologique auquel j’accorde beaucoup d’importance. Je crée généralement un vide dans ma tête parce qu’il peut arriver que le personnage que j’incarne soit totalement différent de la personne que je suis. J’essaie donc de cerner cette nouvelle personne que je dois être dans le film.

Quel est le lieu le plus insolite où vous ayez eu à tourner? Quelle scène vous a le plus marqué dans vos jeux de rôles?

Le lieu le plus insolite où j’ai eu à tourner c’était dans la mangrove de Douala, dans le film “je veux partir” de Parfait Décor. J’étais dans une pirogue et je transpirais à grosses gouttes. Quant à la scène qui m’a le plus marqué c’est dans le film “trahison sanglante” où j’incarnais un tueur froid et sans scrupules. ”

Stephane Jung : « L'industrie du cinéma au Cameroun est en plein essor »

Quel film vous a le plus marqué? Que pensez-vous de l’industrie du cinéma au Cameroun?

La production la plus remarquable pour moi a été LA REINE BLANCHE. L’industrie du cinéma au Cameroun est en plein essor. Je suis convaincu que les prochaines années seront un grand pas vers l’apogée.

Parlez-nous de la personne que vous êtes en quelques mots dans cette industrie?

Je suis Stéphane Jung 30 ans, ainé d’une famille de 7 enfants, orphelin de père, marié à l’actrice de cinéma camerounais Elizabeth Cynthia… quarteron 1m 88 de taille environs, engagé, passionné et discipliné dans tout ce que je fais. Je suis de bonne moralité avec quelques petits défauts: je suis très impulsif, mais très compréhensif au final.

J’aspire donc à être l’un des pionniers qui le portera très haut à l’échelle mondiale ….

Quels sont vos objectifs et vos plans futurs pour cette carrière?

Le cinéma camerounais n’est pas seulement une passion mais un business dans lequel je m’implique ardemment. J’aspire donc à être l’un des pionniers qui le portera très haut à l’échelle mondiale que ce soit en jeu d’acteur, réalisation et production. De nos jours, je suis Directeur Général d’une boite de production, “Black Industry” qui fait dans la production de films, de musique et d’évènement de mode.

La révolution est en marche




ABOUT THE AUTHOR

Made in MBOA

Le Cameroun, par la promotion de la Qualité. Ô MBOA, la révolution est en marche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Douala - Yaoundé, Cameroun
Tel: (237) 666 908 319 | 695 394 538 | 675 767 895
Email: info@madeinmboa.net

Twitter

Made in MBOA

Le Cameroun, par la promotion de la Qualité. Ô MBOA, la révolution est en marche.