[Portrait] Em’Kal Eyongakpa, un artiste camerounais à la passion dévorante

[Portrait] Em’Kal Eyongakpa, un artiste camerounais à la passion dévorante

Em’Kal Eyongakpa est un jeune artiste camerounais multidisciplinaire, né en 1981. Originaire de la région du Sud-ouest, il réside et travaille entre Yaoundé et Amsterdam. Il fait la navette du Cameroun au Pays-Bas pour réaliser ses rêves et partager ses histoires collectives et vécues avec ses fans. Cet artiste utilise un langage différent pour communiquer aux autres, via un usage rituel de la répétition et de la transformation des éléments de la nature.


Son parcours scolaire et professionnel

Em’Kal Eyongakpa est un diplômé de l’Université de Yaoundé 1, où il a obtenu un B.Sc en biologie végétale. L’année suivante, il obtint une maîtrise en botanique et en écologie. Il s’est inscrit dans le programme Greatmore, pour la résidence d’artiste en visite, Cape Town, ZA, 2011 ; la même année, il alla à Johannesburg, ZA pour le programme de résidence pour artistes en résidence.

De 2012 à 2014, il a vécu à l’académie royale des beaux-arts d’Amsterdam. Depuis là, il fait la navette entre l’Afrique, l’Europe et l’Amérique pour ses représentations et son plaisir. D’octobre 2016 à Janvier 2017, il a présenté ses œuvres à travers un vernissage qui a eu lieu lors de la Biennale de Montréal. Il a continué ainsi et était aussi présent à la Biennale de Jakarta en Indonésie. Voir plus en cliquant ici.

Il a remporté de nombreux titres et prix honorifiques pour son talent à l’instar du Dak’art 2012, Dakar, SN, « Prix de la ville de Dakar », qui lui a été décerné par le maire de Dakar. Après ça, il a fait de nombreuses expositions dans le monde. Il a récemment reçu le prix d’Art Henrike Grohs le 13 mars 2018 à Abidjan avec une récompense à la clé de plus de 10 millions de F CFA.

Origine de l’artiste et sa passion

La vie d’Em’Kal Eyongakpa a été chamboulée en 2013, à la suite de sa condition physique non diagnostiquée par les médecins. Il a tenté à l’indigène pour trouver la solution et par miracle elle lui est venue d’un guérisseur spirituel aveugle. Après son séjour, il s’est épris de l’art, du chamanisme et de la technologie pour enrichir sa passion. Il a étudié l’ethnobotanique et a approfondi ses connaissances sur l’héritage de ses grands-pères. Ses œuvres en témoignent.

Il jumele dans ses œuvres divers styles artistiques, de la sculpture, à la vidéo, en passant par le son, le gribouillage, le texte et la photographie. Il se sert de ces formes pour faire coexister le monde spirituel et physique.

Ses créations et aspirations

[Portrait] Em’Kal Eyongakpa, un artiste camerounais à la passion dévorante

L’artiste Em’Kal Eyongakpa se sert de tous les objets à sa disposition pour fabriquer des œuvres incroyables. Certaines sont faites avec du bois flotté, du plastique dérive, un son multicanal (6.4), un moteur analogique, un système hydraulique, des filets, des fibres végétales, du fils de coton, du mycélium et divers autres matériaux. Il collectionne des notes qui se transforment en poèmes, des croquis sonores avec des voix préalablement choisies pour faire fusionner l’imaginaire au réel.

Quelquefois, il utilise des langues étrangères ou locales pour véhiculer un message fort ou passer une vision d’un éventuel futur. En contact avec tous les éléments de la nature (eau, feu, vent, terre), il arrive à créer une architecture simple et délicate avec une sonorité acoustique impressionnante qui influe sur le futur possible du monde et du vécu actuel. En même temps, ses œuvres servent d’une introspection personnelle, sur la condition humaine et diffèrent en fonction de l’analyse de chaque personne.

La révolution est en marche

ABOUT THE AUTHOR

Pauline Raissa

Rédactrice web à Exotechnologie, 75016 Paris-France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Douala - Yaoundé, Cameroun
Tel: (237) 666 908 319 | 695 394 538 | 675 767 895
Email: info@madeinmboa.net

Twitter

Made in MBOA

Le Cameroun, par la promotion de la Qualité. Ô MBOA, la révolution est en marche.